La CGT et le Festival de Cannes

Un peu de Grande Histoire !
Comme nous sommes en plein Festival de Cannes, il est important de rendre à César ce qui est à César !
On se pose toujours la question pourquoi le SG Confederal va à Cannes…? Tout simplement parce qu’on est chez nous là bas !
Avant toutes choses, on ne doit pas oublier que le projet date d’avant guerre : il s agissait de faire concurrence aux festivals de Rome et Venise qui étaient devenus des vitrines du nazisme !
Le premier festival aurait dû avoir lieu en 1939, mais le projet fut suspendu pour cause de guerre et d occupation : c est bien la CGT qui rend possible sa réalisation en 1946 puis les années suivantes avec l’achat du premier Palais du festival.
Donc, en 1946, le Ministère de la Culture, à peine remis sur pieds, souhaite relancer le festival, mais manque de fonds.
C’est finalement en la CGT, alors toute puissante, qu’elle trouve un allié de poids! La ville de Cannes et le gouvernement complètent le financement de cette première édition.Pour la CGT, l’idée est avant tout de démocratiser le cinéma, de le rendre accessible au plus grand nombre, et tout particulièrement aux salariés et à leur famille.
A cette époque, la CGT est extrêmement puissante et influente. D’abord par le nombre de syndiqués, avec plus de 4 millions d’adhérents, mais aussi, tout comme le Parti Communiste, par son implication pleine et entière dans la Résistance et sa participation au Conseil National de la Résistance (CNR)
Pourtant, alors que l’évènement est un grand succès, le Ministère refuse d’apporter de l’argent pour un second round, l’entreprise étant jugée trop chère pour devenir annuelle.
Dans la précipitation, la CGT décide d’aligner les billets pour la construction d’un Palais des Festivals, qui accueillera l’édition de 1947.
Aujourd’hui encore, la CGT siège au conseil d’administration de l’évènement.
Festival de Cannes ? la CGT est presque chez elle. On rappelle que le tapis du Festival est rouge a été cousu par , des ouvriers bénévoles, à l’instar des « équipes de choc » de Marseille, participèrent, après leur journée de travail, à la construction du Palais de la Croisette.
Lors de l’ouverture du second festival (le Palais n’était pas encore terminé), ouvrières et ouvriers montèrent sur scène et furent salués par les festivaliers.
A Paris, la Fédération nationale du spectacle CGT, quant à elle, fit partie dès 1946 du comité d’organisation du Festival (pour ne plus le quitter) ».
La participation de la CGT au démarrage du Festival se situe à deux niveaux : localement et nationalement. Localement, une large partie de la population cannoise et la CGT s’investirent en effet hardiment dans le démarrage de la manifestation et nationalement pour l’aide au financement.
La CGT est partout et sera toujours chez elle !
La preuve en image avec le Stand de la CGT et le Secrétaire Général de la Fédération CGT Spectacle,  Denis
Gravouil !
N’en déplaise au grand Capital qui veut faire oublier tout ce que les forces progressistes comme la CGT ont apporté à ce pays, (issus du CNR, le planning familial, les congés payés, les services publics, les CE, CHSCT….)déviant ainsi les valeurs culturelles originelles du Festival de Cannes vers le tout marchand qui dégage aujourd’hui 850 millions d’euros de bénéfices en 3 semaines alors que certains groupes du CAC 40 dégagent de telles sommes en un an ! Vertigineux !
Lorsque le sage montre la lune, l’imbecile regarde le doigt !
Tout le monde se focalise sur les paillettes du Tapis rouge mais personne ne fait attention aux bénéfices engendrés !!
Vive la CGT ,
toujours d’utilité publique !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.