Agression pendant la grève à Carrefour Nice Lingostière

Samedi la grève à carrefour Lingostière a été une belle grève !
Environ 70 % du personnel en grève et des salariés en repos sont venus soutenir le mouvement.
Les grévistes ont bloqué les entrées du magasin et sont restés jusqu’à 20h00 sur les piquets de grève.

Trois automobilistes ont agressés les grévistes en fonçant volontairement sur les barrages.

Un chauffard a volontairement foncé sur un barrage, roulé sur les pieds d’un gréviste sans le blesser, mais malheureusement un autre salarié a
reçu les charriots projetés par le chauffard et a chuté lourdement sur le coté.

La police a pris les témoignages (clients et grévistes) le chauffard a reconnu avoir foncé volontairement sur les grévistes et il est parti menotté.
Le collègue a été transporté par les pompiers à l’hôpital, bilan : une entorse à la cheville et un hématome sur tout le coté de la jambe.

Le photographe de Nice Matin était présent et à shooté la scène, pris des photos du chauffard menotté mais silence radio total !
Pas une info, ni une photo !

C’est donc pire de se faire déchirer sa chemise ?
Ou les salariés de Carrefour ne valent pas la une ?

La CGT de Lingostière va déposer plainte et dénonce le comportement impulsif et agressif de certains, heureusement très minoritaires.

Dans la grande majorité les clients comprennent le mouvement de grève et soutiennent les salariés.

3 réactions à “Agression pendant la grève à Carrefour Nice Lingostière

  1. Malgré toute sa suffisance et son arrogant mépris du peuple, Micron 1er, roi sans couronne, plébiscité par moins de 18% du corps électoral, n’est que le larbin des vautours et des hyènes du capitalisme décomposé.
    Il est grand temps de chasser sans attendre ce roitelet à l’ego hypertrophié et tous ses sous-fifres puant le fric et d’en finir, par la même occasion, avec les institutions du gaullisme dégénéré qui bafouent en permanence la démocratie. Pourquoi faudrait-il attendre 2022 ? Pour voir débarquer à nouveau un soi-disant « homme (ou femme) providentiel(le)  » qui nous resservirait le même plat frelaté ? Tous ensemble, si tous ceux qui se réclament de la classe ouvrière, voulaient bien finir par mettre leur ego de côté et en appeler à la mobilisation générale de tous les salariés, de tous âges, de tous secteurs, de toutes catégories, pour bloquer le pays jusqu’à satisfaction, le petit homme et ses sbires ne tiendrait pas très longtemps ! Qu’attendons-nous ?

  2. « …mais je ferai tout, durant les cinq années qui viennent, pour qu’ils n’aient plus aucune raison de voter pour les extrêmes » (Discours d’E. Macron, 7 mais 2017.
    Le constat, après seulement 10 mois au pouvoir, est affligeant ; un pouvoir vertical où la voix d’un autocrate républicain est portée par un gouvernement et une assemblée aux ordres et une presse décrédibilisée et bienveillante dans son ensemble.
    Mme Elisabeth Borne a beau martelé, sans conviction toutefois, le mot concertation, seule la voix du MEDEF porte encore aux oreilles du président monarque qui a divisé la France en deux ; ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien.
    M. Gérard Attal est bien plus représentatif de ce gouvernement, qui fustige la « gréviculture » sur RTL.
    Mais que savent-ils ces cols blancs du monde du travail, ce travail bien éloigné des start up, ou du e-commerce !?!
    Ce qui vient de se passer au Carrefour de Nice est la résultante de ce mépris affiché et assumé pour les mouvements sociaux, du message tant et tant rabâché sur ces grévistes de tout poil qui prennent les usagers « en otage » !
    Non Messieurs, les salariés de Carrefour ne valent pas la une ! Pas plus d’ailleurs que les 400 millions d’euros annuels que touche l’enseigne pour la préservation et la création d’emplois… tandis que le groupe en licencie 2400 !
    La novlangue du président et de ses affidés ne peut masquer leur mépris pour ceux qui veulent encore défendre les valeurs de « l’ancien monde », ceux-là qui au mot « ambition » préfèrent le mot « arrivisme ».
    Celui qui au soir du 7 mai 2017 déclarait « Je combattrai pour vous contre le mensonge, l’immobilisme, l’inefficacité, pour améliorer la vie de chacun… je rassemblerai et je réconcilierai car je veux l’unité de notre peuple et de notre pays » a pulvérisé ce qui pouvait encore rester de la cohésion sociale sur les ruines du sarkozisme et du socialisme !
    Où est l’opposition ???!!!!
    Messieurs les syndicalistes, et de la CGT en particulier, où êtes-vous quand on essaye de vous joindre, par téléphone ou mail, pour vous demander comment rejoindre une manifestation ? Rien que le silence ! Pas une réponse ! Êtes-vous encore si forts, si nombreux, que la voix de ceux qui veulent lutter à vos côtés soit dispensable ?
    Messieurs les syndicalistes, aujourd’hui, plus encore qu’en 1995, 2003 ou 2006, il nous faut nous battre. Pas seulement les camarades syndiqués mais tous les travailleurs, tous les laissés pour compte de l’ultra libéralisme et, devant le silence des politiques, vous êtes les seuls à pouvoir créer l’électrochoc contre Big Brother.
    Au front de ce capitalisme de plus en plus sauvage, il faut opposer un front syndical uni. Avant que les bas du Front requinqué ne récupèrent les voix de ceux qui ne sont plus grand’ chose!
    Fraternellement.

  3. Bonjour,

    Je ne travaille pas dans le commerce mais je fais partie de ceux pour qui week-ends et jours fériés ne sont pas synonymes de repos. Nous faisons partie des gens « qui ne sont rien » voyons ! Je suis scandalisée !

    En plus vous avez probablement empêché ces beaufs de faire LEUR sortie du week-end et donc peut-être de fait supprimé leur récompense du missionnaire hebdomadaire … Pour certains c’est comme essayer d’enlever un os à un Rottweiler. Ils ne voient absolument pas que vous êtes là à vous faire chier pour un salaire de misère (que la majorité ne touchera même pas puisque gréviste) avec des horaires impossibles … pendant que eux baladent mémère dans les rayons …

    Hélas, je le constate au quotidien, pour beaucoup de gens, les « autres » (ceux qui sont à leur service de préférence) ont comme perdu toute humanité, sont devenus transparents et corvéables à merci. Le nouvel esclavagisme jugé par les esclaves qui s’ignorent. C’est ça notre société ?

    Il n’y a pas de doute, nous vivons dans « Le meilleur des mondes » … Au secours ! Je ne suis pas un numéro !!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *